La Louvière : pour une sécurisation rapide de la Tondrée

Ce lundi 10 décembre, j'ai interpellé le Ministre Carlo DI ANTONIO en séance plénière du Parlement de Wallonie, sur la sécurisation du carrefour de la Tondrée à La Louvière (Trivières). Cette interpellation fait suite au récent accident mortel qui a eu lieu en début de ce mois à cet endroit et aux réactions des très nombreux usagers qui demandent l’amélioration de ce carrefour.

Fin 2017, j'avais déjà interrogé le Ministre wallon des Travaux publics suite à un accident grave ayant impliqué un piéton. Dans sa réponse le Ministre avait indiqué que divers aménagements complémentaires seraient réalisés, notamment par la création d’un îlot central pour les piétons. Toutefois, sur base des éléments produits par l’administration, le Ministre avait répondu que l'aménagement d’un rond-point ne permettrait pas de sécuriser les traversées piétonnes et cyclables.

L’accident mortel du 1er décembre montre à nouveau la dangerosité de ce carrefour vu sa configuration : il s’agit en effet du 10ème accident corporel à cet endroit depuis 2011.

Cette succession d’accidents nécessite une réaction pour mieux protéger les milliers d’utilisateurs qui traversent chaque jour ce carrefour. J'ai demandé au Ministre une réaction rapide et ai suggéré 2 mesures à très court terme:

  1. de faire réexaminer au plus vite l'organisation des feux d’un carrefour pour lequel nombre d’usagers ont fait part de difficultés : temps trop court pour les vire-a-gauche, manque de lisibilité du carrefour et nécessité de réexaminer le fonctionnement général des feux,
  2. de mieux faire contrôler le respect des feux et de la vitesse en y installant rapidement un LIDAR et de signaler par des panneaux bien visibles la zone dangereuse.

Ces aménagements rapides ne doivent toutefois pas évacuer la question du réaménagement de ce carrefour en profondeur, que ce soit sous la forme d’un rond-point, d’un aménagement d’un carrefour en vitesse lente, d’une révision globale des itinéraires locaux ou d’une combinaison de ces différentes solutions.

Le Ministre DI ANTONIO a répondu que la lisibilité du carrefour et du fonctionnement des feux seraient revus à court terme et que des radars-feux seraient placés pour contrôler la vitesse et le respect des feux dans un délai d’environ 6 mois. Il s’est également montré favorable à une réflexion d’ensemble sur ce carrefour en concertation avec les autorités locales.

J'estime que la réponse du Ministre va dans le bon sens avec des mesures à très court terme mais également une concertation large avec le soutien des autorités locales pour examiner des solutions structurelles de réorganisation du carrefour.

Pour conclure, je suggère que la faisabilité de l’installation d’un rond-point puisse, après concertation locale, être testée par un rond-point provisoire comme cela a déjà été le cas par exemple à Loverval sur la N5.